Art en vitrine 2011 : Mazamet jusqu'au 13 août !

Michel Catalo expose pour la seconde année des tabelaux dans les vitrines des commerçants mazamétains :

Pharmacie Bonnecombe, Bricomarché et Restaurant Mac Donald !

Catalo expose à Aussillon village : Ha! Ha! Art ! jusqu'au 14 août !

On l'attendait tous, c'est chose faite enfin, une exposition pour rire est installée à l'ancienne école du village. Trop de morosité, d'humeurs chagrines, de crise et de gens qui se prennent au sérieux, il fallait faire quelque chose. Dix huit artistes parmi les meilleurs se sont attelés à la tâche et ont répondu à l'appel.

Des peintres, des sculpteurs, des créateurs de performances drôles en interaction avec le public, des bd, des objets recyclés, des aphorismes visuels, des photographies, il ya de tout, pour tous les goûts, il s'agit essentiellement de rire. Gaétan Saux, Jean Sabatier, Philippe Bes, Gérard Bastide, Marie du Pilar, Corinne Dumas, Claude Ménaldo, Fanny Baxter, Michel Catalo, Gérard Mesplé, Véronik, Alain Marbezy, Popy, Filip, Patrice Camparmo, May Lin, Briane, Nelly Bonhomme, tous, au quotidien, n'engendrent pas la morosité mais là, ils s'en sont donné à cœur joie.

Au vernissage, le maire s'est alors pris à rêver, ouvrant l'exposition « entre une alerte météo et une crise financière » il a renouvelé son souhait que l'endroit devienne un détour quasi obligé sur la route touristique entre Carcassonne et Albi. Il est vrai qu'une exposition de ce niveau et sur ce thème vaut à coup sûr une légère contrariété à son GPS.

« Ah ! Ah ! Art » ancienne école du village, du 12 juillet au 14 Août, du mardi au dimanche de 15h00 à 19h00, les artistes assurent eux-mêmes l'accueil dans la bonne humeur.

Article de la dépêche du midi publié le 16 juillet.


18 Juin soirée Humanitaire à la Fabrique - Castres



Action de soutien au projet "Avec toi - sans toit" -http://www.avec-toi-sans-toit.fr/

Anniversaire de Laurent Catalo

 Michel et son pauvre petit frère : Laurent.(appelé Didou par les intimes)
L'anniversaire de Didou, c'est le 10 mai. A cette occasion, pensez à lui. Envoyez lui un mot, quelque  bonbons, une peluche ou des poignées de portes (il en fait la collection), cela lui fera du bien.
Merci beaucoup
Michel

Année Brassens - Catalo est associé à la création d'une exposition avec la médiathèque de l'Apollo

Dans le cadre de « Auprès de mon arbre » et en hommage à Brassens
Du 24 septembre au 30 octobre

« Auprès de son arbre »

Raconte Georges Brassens, depuis son enfance sétoise, en passant par une jeunesse parisienne prise dans la tourmente de la guerre, la vie de bohème impasse Florimont, les rencontres, les amours et les premiers succès de cabarets.
Brassens amoureux des mots et de l’écriture aura un destin : la chanson.


Une exposition mise en images par Michel CATALO

Galerie avec les travaux de Catalo : tableaux 2011- Brassens

Catalo associé à la Cave de Técou-Gaillac pour l'année 2011

2011, sera l'année Michel Catalo pour la Cave de Técou. Les viticulteurs du Gaillacois et de Técou ont choisi Catalo pour les accompagner durant toute l'année.

Exposition permanente de Juin à Novembre, présence de l'artiste lors des journées portes ouvertes ( Week-end de l'Ascension) pour débuter les festivités.

L'artiste travaille sur le thème et présentera des tableaux créés pour l'occasion (galerie : tableaux 2011- Cave de técou).

Plus d'infos seront diffusées sur ce blog et sur le site de la Cave de Técou.

Exposition à la Fabrique - Castres du 28 mars au 10 mai 2011

Chez Franck Tourrel.

Vernissage le 28 mars à 18h30

Extrait d'Yvon

...

C'était un petit espace bavard d'amour sain qui me tendait les bras dans un lit de fées saintes qui me tendaient les draps.

Quand tu fermais les yeux, je te savourais gentiment.Quand tu fermais les yeux, je t'étais et je pansais la mort. Maman, quand tu fermais les yeux, je te caressais et tu ouvrais un œil. Et je te caressais et tu ouvrais un autre œil. Et j'étais content. Et tu me parlais. Tu me disais des traits d'unions, des points à la ligne et des titres soulignés. Tu me disais  des mots diésés, empaquetés, gracieux avec des pleins, précieux avec des déliés. Tu me racontais des mots croisés qui partaient comme St-Louis.

...

Je veux pas crever, je veux pas mourir

Je  veux pas crever, je veux pas mourir
je veux pas payer les impôts le gaz et le masque à gaz que tu portes
je veux des câlins d’or et d’ailleurs
et trouver dans les ordures l’odeur pouacre d’un sexe d’art
je veux pas crever le ballon volant de l’azur enfantin
et sentir mon cœur de gosse se dégonfler comme un ballon voleur de souvenir
je veux pas me suicider parce qu’on me tue savamment
je veux pas crever, je veux pas mourir
je veux pas vivre de bière et d’alcool important
et la colle se fond de l’artère au poumon
je veux pas et plus
et plus le lit se vide et plus l’ami s’éloigne et plus je viens
je veux pas crever idiot je veux pas crever vieux
je veux mon sexe dans ta bouche comme un cadeau
et ta main dans la mienne mieux qu’un sexe dans le tien
je veux pas crever de haine de colère et de guerre froide
dans la chaleur calculée de l’œil du voisin
dans le frigidaire infernal de la politesse du copain
dans la mort volontaire d’un poète joli
je sens la glace et le verglas fatiguant du Dieu
et je veux peut-être pas crever
je veux mourir idiot dans le ventre de ma femme
et ton ventre s’ouvrira dans mes rêves douloureux
je veux pas crever de tristesse et d’angoisse
et comme hier et demain je veux pas sentir la mort
je veux pas payer mes impôts mes regrets et mes fautes
je veux des amours et des morts fébrifuges et calmes
des souffrances apaisantes et ton sourire debout
je veux pas que mon crâne tombe assis sur la table
et aujourd’hui je veux écrire droit
je veux pas qu’on s’emmerde, qu’on s’assassine
je veux pas qu’on m’assassine le matin quand j’émerge
je veux plus baiser, éjaculer sur ta cuisse ou près de toi
je veux pas baiser je veux pas crever je veux faire l’amour
je veux te voir dans moi et dans la franchise du sang
je veux pas crever ce soir ni mourir demain
je veux peut-être pas me suicider peut-être plus,
j’aime encore.


Michel Catalo - 7 novembre 1979

Ma langue d'oc dans ton roux sillon

Extrait d'Yvon

La patience de l'herbe sauvage et fatiguée serpente comme les chemins qui mènent à Rome et à tout.

La vigne, couleur de barbe de mendiant, fait son boulot comme hier.

Des éclaboussures d'aube et de bouse mathématiquement et scrupuleusement construites au hasard, poétisent l'oxygène et le calcaire.

oui.

Un savon de mélancolie, pesant et qui m'inquiète, désinfecte cette sale fin de septembre.

La mer se retire comme un amant foutu.

Il y a des espérances anachroniques et dégagées à décevoir dans l'air, des silences d'eau frisquette et matinale.

Il y a des lassitudes de fleurs et de plantes à voir, des regrets de coquillages à comprendre.

Oui.

...

Discussion

Exposition "nos Arbres" - Boissezon vernissage le 10 septembre à 18h30

Exposition « Nos Arbres » Boissezon 2010
– Auprès de mon Arbre -
10 septembre –fin octobre 2010
L’association Arts passion accueille cette année une exposition thématique dans le cadre d’Auprès de mon Arbre. Elle reçoit 20 artistes. Chacun a eu libre choix de son interprétation du thème : on retrouve ainsi des expressions très différentes d’un artiste à l’autre. Certains ont simplement utilisé l’arbre comme support qui a forcement induit l’aspect de l’œuvre, le veinage comme les lignes d’un visage sur les sculptures de Dany Pages Tocaven ou les peintures de Popy. Les photographes se sont attachés au paysage intérieur de l’arbre par la macrophotographie de Sophie Lebrun ou les tranches de vie de Nathanael Grangirard. On trouve des arbres imaginaires comme suspendus dans les airs, aux formes douces et légères « Et si c’était une femme ? » interprète Nicolas Gaziorowski. Douceur que l’on retrouve dans les dessins de May Lin qui s’attache aux souvenirs des baobabs de son enfance. Monique Ollé par sa présentation de gravures sur tubes, reprend l’allure de l’arbre en invitant chacun à s’élever...Enfin au travers de plusieurs œuvres présentées, c’est aspect plus grave du danger que court la forêt actuellement « Les arbres de mon enfance ont la gueule de bois » écrit Michel Catalo, Valérie Vidal s’interroge sur le devenir des forêts boréales, Alain Béziat sculpteur, utilise un bois imprégné d’hydrocarbures. D’une façon plus générale, c’est un grand hommage à l’arbre et à l’espoir qu’il nous donne.

Projet affiche exposition Mairie de Saint Amans Soult juin 2010

L'art met bas - L'armée bât

La clé des champs

Le sexe du cochon détruit

Exposition Mairie de Saint Amans Soult du 1er juin au 25 juin 2010

En salle du Conseil Municipal aux heures d'ouvertures de la Mairie

Vernissage le  mercredi 2 juin à 18 heures 30.

La majorité des enfants pensent...

La majorité des enfants pensent que les adultes sont des adultes, c'est-à-dire d’imposantes statues de l’île de Pâques, des sortes d’intouchables commandeurs des croyants, des monstres.
Et, si la notion de Dieu, bien que présente, leur reste vague, elle leur apparaît plus précise,  mieux définie dans les paroles et dans les actes  de ces « grandes personnes » qui évoluent autour d’eux,  qui dictent, ordonnent, contrôlent, gèrent et « savent ». Ils ont une peur aveugle et une confiance bleue en ces gens  qui ont le pouvoir et se pourrissent  d’angoisse quand un de ces géants les regarde d’un œil torve et réprobateur.
Et c’est tout tristes, profondément déçus, qu’un jour, ils s’aperçoivent qu’ils sont eux-mêmes devenus d’un d’eux, atterris, comme par erreur, sur la minuscule et très lointaine île du Pacifique oriental, perdus parmi les « moai », graves et verticaux monolithes d’un ahurissant cromlech

Nous avons parlé de tout...

Nous avons parlé de tout, de tous et de rien et c’est ainsi que nous sommes tombés d’accord sur l’essentiel.

- page 2 de 5 -